• Images du totalitarisme : les rives de l'étang de Berre Publié sur Agoravox

     

    Constater l'évidence et l'énoncer est certainement l'exercice le plus difficile pour l'observateur. En effet, elle ne se dit pas, ne fait pas venir les mots, ne provoque pas la pensée. La réflexion ne naît que quand un événement impromptu vient briser la cohérence de l'évidence. En dehors de telles conditions, pour parvenir à considérer ce qui va de soi comme anormal, il faut connaître le passé, ou encore être habité de valeurs qui entrent en contradiction avec la normalité de l'évidence. En ce sens, il n'est pas nécessaire d'être un érudit en culture classique pour la constater. On peut ignorer les grands auteurs mais être investi de valeurs qui nous font regarder le monde comme un poète. On peut même méconnaître l'histoire mais être dépositaire d'une mémoire.

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Le développement durable comme rouage du désastreL'actuelle progression de l'écologie dans les consciences n'est peut-être pas le signe que nous allons dans le bon sens. Bien au contraire, cela pourrait bien être le signe d'un rétrécissement de l'horizon mental de la population qui éloignerait la perspective d'une résolution positive du désastre qui s'annonce...

     

    lire la suite ici


    votre commentaire
  • L’attentat de Charlie-Hebdo ou l’avènement d’une société ouvertement fasciste"Charlie-Hebdo" : comme le 11 septembre, cet événement restera comme un des coups d'éclat de l'histoire, un de ces tristes coups qui ne livre son impact historique que plus tard. A la façon de l'incendie du Reichstag en février 1933, la complexité de l'événement "Charlie" va bien au delà de ce que nous laissent entrevoir les médias dominants et annonce en réalité l'avènement d'un ordre nouveau qui plonge ses racines dans l'histoire moderne de l'Occident : le fascisme.

    Lire la suite ici


    3 commentaires
  • La question du politique dans la lutte des classesLa tragicomédie que l'on a vu se dérouler pour l'interdiction du spectacle de l'humoriste Dieudonné M'bala M'bala, les discours produits autour du fameux geste de la quenelle et de ce que d'aucuns nomment la fachosphère révèlent de façon exacerbée le divorce entre les classes populaires et ce que l'on nomme, par abus de langage, « l'élite ». À première vue, nous ne pourrions que nous réjouir d'une telle situation qui menace l'ordre établi en mettant sous le feu des projecteurs la médiocrité des classes dominantes et leur soif de vivre en parasite sur le dos des peuples. Mais il est certain que le fait que cette prise de conscience collective se fasse par l'entremise de la dite « fachosphère » n'est pas en soi satisfaisant dans une perspective émancipatrice.

     

    Lire la suite ici


    votre commentaire
  • Assia la petite fugueuse et la doctrine de la guerre révolutionnaireParmi les innombrables signes de folie qui pullulent dans notre société, il est difficile d'en choisir un tant les actes délirants semblent, à chaque fois, surpasser en nouveauté et en puissance les précédents. L'histoire de la jeune Assia n'est peut-être pas la plus spectaculaire mais elle mérite tout de même le détour tant elle nous informe sur la façon dont la machine à discours monte en tour même quand il ne se passe quasi-rien, comme c'est le cas dans cette affaire.

    Lire la suite ici


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique